AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Irrigation du côlon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nath - Les Femmes Actives
Admin


Féminin Nombre de messages : 3580
Age : 43
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Irrigation du côlon   Mer 19 Sep 2012 - 14:38

Comme je disais sur le post "charbon végétal", je pense que la phase ultime de nettoyage, c'est l'irrigation du côlon, ou hydrothérapie du côlon.

Je vous laisse faire vos petites recherches mais voilà ce qui est dit sur le site du centre où je veux aller :

Citation :
SON ROLE :
Nettoyer en profondeur le colon dans lequel stagnent trop souvent les matières fécales accrochées dans les nombreux replis de l'intestin depuis quelquefois fort longtemps (plusieurs années). En s'accumulant, les matières diminuent le dynamisme du colon et en amoindrissent les fonctions, engendrant des troubles digestifs.
Les déchets non éliminés fermentent, générant des toxines qui se libèrent dans le sang et la lymphe par la paroi semi perméable de l'intestin et empoisonnent régulièrement l'ensemble du corps, entrainant de nombreux désagréments.
POURQUOI :
Une bonne hygiène de vie éviterait cet encrassement du colon : bonne alimentation équilibrée avec des produits biologiques, exercices physiques, vie calme et régulière...
Mais notre société ne nous permet que rarement d'être à l'écoute de notre corps et de ses besoins et nous ne lui prêtons pas l'attention qu'il mérite.
L'entretien du colon devient donc une habitude hygiénique que chacun devrait pratiquer.
Nos grand mères recommandaient des lavements réguliers, notamment aux changements de saison.
Elles savaient aussi que ces lavements étaient un excellent moyen d'enrayer les infections et d'accélérer les guérisons.
Elles reprenaient ainsi l'une des seules techniques efficace des médecins de Molière, dont ils usaient et abusaient, associée à la saignée, elle, par contre, très discutable.
D'AUTRE METHODES :
Pour traiter les constipations, les laxatifs sont un très mauvais moyen : ils irritent l'intestin et ne décollent pas les matières de la paroi. Pourtant, ils sont beaucoup utilisés...
Les purges: elles sont efficaces pour éliminer les matières qui stagnent dans la muqueuse intestinale. Mais elles ne permettent pas de libérer les anciennes matières prises dans les replis.
Par contre, elles nettoient aussi l'intestin grêle. Mais celui-ci n'est pas un lieu de stockage.
Les exercices de yoga : une méthode idéale. Mais elle demande de l'entrainement et n'est pas à la portée de tous.
L'irrigation colonique reste la méthode la plus profonde et la plus efficace.
UN PEU D'HISTOIRE
En Égypte : deux papyrus, celui d'Ebers et celui de Chester Beaty, indiquent la pratique de lavements rectaux, à l'eau, mais aussi au lait, à la bière. Leur objectif était de dissoudre les drogues ou transporter des médicaments.
En Mésopotamie : le lavement était très employé. L'étude des anses intestinales servait à interpréter les maladies.
Chez les Hébreux : le Talmud recommande une bonne hygiène intestinale pour préserver la pureté physique, mentale et spirituelle. Dans les manuscrits de Qumrân, on retrouve les lavements comme prescriptions hygiénique et rituel. Deux manuscrits évoquent très clairement un enseignement de Jésus inconnu des évangiles, prescrivant le jeûne et les lavements.
En Chine : la médecine prescrit des lavements intestinaux avec des décoctions de plantes. 500 ans avant Jésus Christ, on y faisait déjà des lavements anti parasitaires avec « radix pulsatillae ».
En Inde : Pour le Bouddha, le sage a l'intestin propre. La médecine ayurvédique attache une grosse importance à l'hygiène intestinale, du gros intestin, mais aussi du grêle.
Hippocrate (460- 377 avant J.C.) : le père de la médecine moderne, décrit la manière de faire des lavements avec des vessies ou des sacs de cuir et de tige de sureau. Il dit : « que l'aliment soit ton médicament ».
Dans le Coran, Mahomet recommandait les purgatifs et autorisait les lavements interdits par certains intégristes.
Avicenne développa l'usage des purgatifs (Tamarine, casse, aloès) et donna la première description de la seringue à clystère améliorant la seringue à piston d'Albucasi en la dotant de deux tubulures, l'une pour injecter le liquide, l'autre pour évacuer les matières.
Au moyen âge : Ambroise Paré, au XVIème siècle, recommandait les lavements avant une opération, un accouchement et après la, grossesse. Rappelons que c'est l'un des seuls outils thérapeutiques disponibles à cette époque.
Les Indiens Hurons du Canada : prenaient des purges ou des lavements avec des fruits pulvérisés.
En Allemagne, il y a plus de 100 ans que sont pratiquées des irrigations coloniques. C'est dans ce pays que les Américains vinrent chercher la technique pendant la guerre pour l'importer chez eux et la développer. La méthode connait un vif succès dans ce pays, mais aussi au Canada.
En France, en 1939, ouvrait à l'hôpital Beaujon-Clichy un centre officiel d'hydrothérapie du colon par le docteur Lagrousa, spécialiste des maladies intestinales. Il avait importé la méthode d'Allemagne. Pendant la guerre, le service fut dévasté et non reconstruit...
Les Américains ont beaucoup amélioré les appareils d'hydrothérapie du colon. Celle-ci est acceptée aux États-Unis et au Canada ainsi qu'en Suisse. Elle est reconnue en Angleterre et en Allemagne. Ele est pratiquée en France, Belgique et Espagne sans statut particulier.
Dans la pèriode contemporaine, le docteur Kousmine, en Suisse, a beaucoup milité pour l'hygiène alimentaire et intestinale. Elle a travaillé sur le cancer et la sclérose en plaques, entre autres. Elle préconisait des séries de lavements et d'irrigations colonique en même temps qu'une réforme de la diététique.
Citons aussi les docteurs Carton et Schaller ainsi que le ,naturopathe Christopher Vasey, qui ont aussi contribué à faire connaître l'irrigation colonique.
LA TECHNIQUE :
La personne est allongée sur une table d'examen.
On utilise une canule qui est reliée à deux tuyaux, l'un, très fin, pour l'arrivée de l'eau dans l'intestin; l'autre, plus gros, pour l'évacuation des matières.
Le thérapeute commande deux vannes, une sur chaque tuyau.
Il fait rentrer de l'eau à faible pression et bas débit dans l'intestin, en l'empêchant de sortir.
Lorsque la personne ressent l'envie d'évacuer, il ouvre la vanne d'évacuation. Celle-ci se fait dans le tuyau prévu à cet effet.
Pendant l'évacuation, le thérapeute masse le ventre en allant de la fosse iliaque droite, près de l'appendice vers la fosse iliaque gauche, près du rectum, en remontant par la droite, en suivant le colon transverse, puis en redescendant vers la gauche.
Quand plus rien ne sort, on referme la vanne d'évacuation et on remplit à nouveau l'intestin.
L'opération est recommencée autant qu'il sort encore des matières.


L'ACCOMPAGNEMENT ENERGETIQUE :
Pendant le remplissage, le thérapeute effectue un traitement énergétique avec les couleurs, les cristaux, un bol tibétain, ou tout autre outil qu'il juge utile. Il peut aussi chanter et faire chanter le, patient.
La méthode utilisée est celle des ECIS qui utilise les propriétés des enveloppes du corps.
Des cycles de couleurs adaptées peuvent venir compléter ce travail énergétique.


L'ACCOMPAGNEMENT PSYCHO EMOTIONNEL :


La position de patient en irrigation colonique est une position de fragilité psycho émotionnelle.
Le thérapeute doit prendre en compte la peur souvent présente à la première séance et rassurer. Cette peur est normale. L'intrusion de la canule est un geste intime qui dérange beaucoup de monde la première fois.
Ceci passe très vite après quelques minutes quand le sujet s'aperçoit que « ce n'est que cela!! ».
Il arrive fréquemment que le patient ait envie d'exprimer des émotions en lien avec de vieux souvenirs d'évènements qui ont été mal vécus. Souvent, ceux-ci sont en relation avec la mère.
Le thérapeute se doit d'être à l'écoute.
Comme tout accompagnement, il veillera à aider la personne à transformer « sa merde en compost », expression triviale mais significative : en quoi les évènements difficiles peuvent permettre de faire grandir?


INDICATIONS :
Toute personne devrait effectuer une série complète d'irrigations coloniques au moins une fois dans sa vie, puis, quand elle le sent.
Cette technique fait du bien à tout le monde.
On l'évite chez les enfants pour ne pas les « médicaliser ». Mais dans certains cas, c'est une aide précieuse (paralysie, grosse constipation...).


CONTRE INDICATIONS :
Il y en a peu pour peu que le thérapeute ait une bonne expérience et soit délicat.



La première : une opération sur l'intestin de moins de six mois.
De grosses hémorroïdes, si la canule ne peut passer. Mais dés qu'elle peut passer, la technique améliore beaucoup cette pathologie.
L'insuffisance rénale : pour ne pas surcharger le rein. Ceci est vrai quand on utilise de l'eau douce car celle-ci rentre dans le corps par l'intestin, ce qui augment beaucoup la diurèse. Si le rein suit, cela lui fait du bien et cela hydrate le corps. Peu de gens boivent suffisamment.
Si le rein ne suit pas, il est surchargé, il fatigue et l'insuffisance peut s'aggraver.
Pour éviter cela et faire quand même des séances, il faut utiliser de l'eau salée à légèrement plus de 9 grammes par litre pour attirer l'eau du corps vers l'intestin.
Le problème est le même pour les insuffisances cardiaques sévères.
Les fistules et les fissures graves.
Les nécroses par irradiation.
Les suites d'hémorragie importante.


Pour les grossesses, ce n'est pas une réelle contre indication : j'ai fait une séance à mon épouse la veille d 'un accouchement. Cela l'a facilité sur ce plan là.

Dans les rectocolites ulcéro hémorragiques, il faut être très délicat. Mais cela peut beaucoup les améliorer.

Pour nous, en cas de doute, nous utilisons les propriétés des enveloppes énergétiques pour tester l'utilité et l'absence de risques des séances.



AVEC QUELLE EAU :
Nous utilisons de l'eau douce filtrée avec un filtre en porcelaine et dynamisée.
L'eau douce par osmolarité rentre dans le corps comme si la personne buvait par son intestin. Le rein doit donc augmenter son activité pour éliminer le surplus. Et cela le draine.
L'eau salée à densité des liquides du corps, soit 9 grammes par litre, rend la séance plus confortable. Mais cette eau est moins mouillante. Les décollements de vielles matières se fait moins bien.
L'eau hypertonique (à plus de 9 grammes par litre) a tendance à déshydrater. La personne devra boire pour compenser.
Certains utilisent le café. Celui-ci est lui-même un traitement : il doit être bien indiqué. Dans ce cas, il peut avoir une grande efficacité sur l'état général. Mais il ne faut pas l'appliquer systématiquement.


On peut finir la séance en instillant de l'huile de germe de blé dans le rectum. Celle-ci nourrit la muqueuse.

Nous faisons au plus simple, à l'eau douce. Et les résultats sont là...



LA PREPARATION :
Trois jours avant une cure d'irrigation colonique, nous conseillons de ne manger que des fruits et des légumes.
Une cuillère à café de psyllium dans un grand verre d'eau matin et soir (inutile de le faire gonfler avant de boire, cela se fait dans l'intestin) et une ampoule de ,Raphanus trois fois par jour contribuent à faciliter les éliminations en préparant le décollement des matières.
PENDANT LA CURE :
Pendant la cure, nous invitons à une monodiette de fruits ou de riz, voire à un jeûne complet.
Les personnes urinent souvent beaucoup quand les irrigations se font à l'eau douce : celle-ci rentre dans le corps par l'intestin.
Fait avec de l'eau trop salée, au contraire, donne soif par déshydratation.
APRES LA CURE :
Il faut reprendre une alimentation douce, biologique, en évitant les produits laitiers de vache, souvent le gluten, en évitant les sucres raffinés, et limiter la de viande.
Les irrigations coloniques rendent le goût des aliments et le corps réagit très vite aux produit qui ne lui conviennent pas. Ceux-ci entrainent immédiatement une pesanteur digestive, un éternuement, une obstruction nasale ou un écoulement, une douleur ou une démangeaison qui se réveille... selon les personnes. Une attention à ces sensations permet à chacun de repérer ce qui ne lui convient pas.
Évidemment alcool et tabac ne sont pas souhaitables...
A QUEL RYTHME :
Les spécialistes en hygiène intestinale recommandent une à cinq séances, à raison de une fois par semaine, de préférence aux changements de saisons, principalement au printemps et à l'automne, et ce, une ou deux fois par an.
Ce rythme est une bonne façon de procéder.
Nous proposons des cures de 4 à 6 séances, à raison de une ou deux par jour...
L'effet n'est pas le même .
Il est surprenant de constater, alors que chaque séance se termine quand plus aucune matière ne sort de l'intestin, qu'il en revient encore en quantité souvent très importante à la deuxième, troisième, quatrièmes quelquefois jusqu'à la sixième séance, y compris chez des personnes qui jeunent depuis quelques jours...
Et les patients éprouvent souvent le besoin de raconter de vieux souvenirs d'évènements mal vécus, des « merdes » symboliques, souvent en relation avec la mère dans la petite enfance.
Par contre, nous ne préconisons pas de rythme régulier pour renouveler ces cures.
L'effet de régénération est tel que les gens retrouve des sensations perdues comme si quelque chose se libérait en eux, comme s'ils sortaient d'une sorte d'enlisement.
Nous leur demandons juste de rester attentifs à ces sensations.
Quand ils se sentent à nouveau encombrés, c'est le moment d'une nouvelle libération. Cela peut se faire au bout d'un an, de deux ou plus.
Nous stockons dans les intestins ce que nous stockons dans la tête.

Plus nous apprenons à lâcher prise, à ne pas retenir dans la vie ce qui ne lui convient pas mais à le laisser partir, moins notre intestin se surcharge et moins les toxines physiques et émotionnelles viennent nous empoisonner le corps et l'existence.

ET LA FLORE INTESTINALE ?
Le reproche qui est fait à notre pratique de séries rapprochées d'irrigations colonique porte sur l'état de la flore intestinale. Celle-ci partirait ainsi que des sels minéraux.
Et cela entrainerait des troubles de la digestion.
A ma connaissance, ceux qui émettent ces critiques n'ont jamais expérimenté.
Même sans absorption de bifidus ou autres produits de compensation de la flore, quand la série a été complète et bien faite, nous ne rencontrons pas de problèmes, sauf quelques ballonnements par moment sur une durée de deux jours maximum suivant la cure.
Pour comprendre ce phénomène, référons-nous aux travaux de Béchamps, un contemporain et concurrent de Pasteur.
Pour lui, le terrain génère les germes. Il l'a démontré en isolant chirurgicalement un organe d'animal et en l'enfermant dans un sac stérile pendant 15 jours. Après cette période, le sac est rempli de germes et de pus. Les microbes n'étaient pas là au départ. C'est la dégradation du terrain qui les a apporté. En fait, c'est la transformation du terrain qui génère les germes . Ceux-ci entrainent un processus de dégradation qui permet le recyclage des éléments en décomposition. La pourriture est la façon que la nature a trouvé pour transformer la mort en nouvelle vie.
Et cela s'applique aux germes dites « saprophytes », c'est à dire utiles à l'organisme, comme ceux de la flore intestinale.
Un intestin propre génère sa propre flore de bonne qualité et parfaitement adaptée.
On peut en aider la régénération si on veut. Mais cela ne semble pas utile. C'est notre expérience quasi quotidienne.
RESULTATS :
Une séance fait de « l'hygiène intestinale ».
Le nettoyage de l'intestin lui permet de retrouver un péristaltisme (une contractilité) efficace. De nombreuses constipations en sont améliorées. Tout le système digestif en profite.
Les cures de plusieurs séances d'affilées montrent leur résultat très rapidement.
Le deuxième jour, les gens sont souvent fatigués, comme intoxiqués.
Puis, très vite, le dynamisme revient.
La peau devient plus vivante, plus tonique. Les yeux sont plus lumineux. La personne dans son ensemble semble rayonner. La taille de ses enveloppes (l'aura) s'amplifie, marquant ainsi son bien-être.
On le constate dans les cures complètes de remise en forme. Au fur et à mesure des irrigations coloniques, les massages sont de plus en plus agréables à pratiquer pour le thérapeute,. Les sensations sur la peau sont plus douces et l'ensemble du corps est ressenti comme plus vivant.
Le cerveau semble se libérer. La pensée s'éclaire. Des prises de conscience se font.
Ce que l'on observe sur la peau se retrouve sur tous les organes : ils se régénèrent.
Le bassin est libéré. Ses organes aussi.
La libido s'améliore.
Les règles peuvent se régulariser. La fécondité revenir.
Le transit se régularise.
Des douleurs disparaissent.
Le cœur s'ouvre...
C'est une approche thérapeutique qui fait l'unité du corps, du cœur et de l'esprit.
UNE INTERPRETATION :
Nous considérons que toute maladie est symbolique : l'expression de quelque chose de mal vécu. L'organe qui souffre correspond à un besoin non satisfait et non exprimé.

Par exemple, un problème d'ovaire signe généralement une difficulté dans le domaine de la sexualité. Un trouble cardiaque évoque une blessure affective, un manque de reconnaissance.

Un problème de foie ou de vésicule reflète de vielles colères...

Or, les irrigations coloniques, en éliminant les toxines du corps (cela se voit sur la peau) améliorent les douleurs et font remonter de vieux souvenirs à la conscience, comme si on ouvrait un livre d'histoires de la personne, lui permettant de reprendre les évènements pour en transformer l'impact dans leur vie.

Je pense que notre « conscience » utilise les toxines de la pollution et de l'alimentation pour les mettre dans l'organe symbolique des problèmes. Leur accumulation entraine une gène, puis une douleur, puis un dysfonctionnement prélude à une maladie.

En éliminant les toxines, les séances d'irrigation colonique libèrent les organes, relancent leur bon fonctionnement, mais en mêlme temps aident à prendre conscience de ce qui en est à l'origine.

Si la personne effectue dans sa vie les transformations nécessaires à son épanouissement et à son bonheur, les problèmes ne reviendront pas. Si, au contraire, elle ne veut ou ne peut rien changer, les toxines reprendront leur place et les problèmes reviendront.

Ceci explique que certaines personnes mangent et boivent tant et plus et ont peu de problèmes d'intestins. Les irrigations coloniques les améliorent,certes, mais pas plus que d'autres.

Alors que certains mangent bien et bio depuis des années et évacuent de grandes quantité de matière fécales au cours de cinq ou six séances. C'est qu'ils ont polarisé leur attention et leur énergie sur la qualité alimentaire, et en ont oublié de vivre. Je l'ai vu...

Le docteur Kousmine, médecin Suisse qui a été l'une des grandes prescriptrice d'irrigations coloniques en Europe, expliquait ceci : les gens mangent n'importe quoi. Pour protéger l'ensemble du corps, celui-ci stocke les toxines dans un organe qui sert de poubelle. Mais quand cette poubelle est pleine, elle déborde et l'organe tombe malade. Il faut donc la vider et éviter de la remplir.

Ce qu'elle ne disait pas, c'est que la poubelle n'est pas choisie au hasard. Elle est l'organe symbolique du problème.

On peut ajouter que les toxines sont bloquées aussi dans le cerveau, le rendant « brumeux ». La personne perd sa lucidité, sa clarté d'esprit.

Son nettoyage lui rend cette lucidité.

On peut même, considérer que ce cerveau fait le lien avec d'autres dimensions, la conscience super lumineuse dont parlait Régis Dutheil, ou les champs morphogénétiques de Ruper Sheldrake, comme une sorte d'objectif photographique.

Celui-ci, nettoyé, redonne aux patients un contact avec ces dimensions qui donnent sens à leur vie : les irrigations coloniques sont un moyen d'éveil spirituel.

Ceci était connu des Esséniens, sectge religieuse du temps du Christ qui en aurait été issus.

En tout état de fait, les témoignages de nos curistes font très souvent état de cette nouvelle lucidité, de prises de conscience que leur vie a un sens, et, cerise sur le gâteau, qu'ils retrouvent ou trouvent la sensation d'être aimés et l'envie d'aimer.

Et pour nous, cet Amour est l'énergie fondamentale de guérison, de que certains appellent Dieu, d'autres conscience universelle.

Se nettoyer des toxines permet de se laisser traverser par cette formidable énergie source de toute vie et de toute création.

Les irrigations coloniques ouvrent notre dimension spirituelle...



Dr Dominique Bourdin

_________________
sunny Ma guérison est en marche !  sunny

Mon site sur la transformation personnelle : Belle, heureuse et en pleine santé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.beaute-bonheur-sante.com
Célia



Féminin Nombre de messages : 7049
Age : 44
Date d'inscription : 19/06/2006

MessageSujet: Re: Irrigation du côlon   Mer 19 Sep 2012 - 19:44

Bon je n'ai pas tout lu mais il faut quand même être prêt (psychologiquement) pour faire ce nettoyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nath - Les Femmes Actives
Admin


Féminin Nombre de messages : 3580
Age : 43
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: Irrigation du côlon   Mer 19 Sep 2012 - 19:52

C'est pour ça que je le repousse à la fin d'année, bien que convaincue des bienfaits.
D'ailleurs, une bonne irrigation colonique serait encore plus efficace qu'une cure de probiotiques Wink Car ça nettoie tout et ensuite la flore se reconstitue d'elle-même

Et sur le texte que j'ai mis, ils font un accompgnement énergétique. Et le médecin explique aussi tout ce qui est symbolique corporelle et c'est vraiment très très inéressant affraid (en gros quand on a quelue chose que l'on ne digère pas, qui ne passe pas, au sens psychologie du terme, il y a aussi création de matière dans les intestins, à des endroits très précis :twisted:si bien qu'en faisant le nettoyage du côlon, on fait aussi remonter des souvenirs, des émotions)

_________________
sunny Ma guérison est en marche !  sunny

Mon site sur la transformation personnelle : Belle, heureuse et en pleine santé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.beaute-bonheur-sante.com
bichick



Nombre de messages : 1562
Age : 31
Date d'inscription : 09/03/2011

MessageSujet: Re: Irrigation du côlon   Jeu 4 Avr 2013 - 20:48

Alors tu l'as fait ???

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nath - Les Femmes Actives
Admin


Féminin Nombre de messages : 3580
Age : 43
Date d'inscription : 04/01/2011

MessageSujet: Re: Irrigation du côlon   Jeu 4 Avr 2013 - 22:19

Non, toujours pas lol!

Je SAIS que je le ferai... mais chuis pas encore prête pale

Et puis c'est assez cher...

Mais, ça va venir, ça ve venir, je vous tiendrai au courant quand j'aurai franchi le pas !

Sinon, il existe une planche pour en faire chez soi, mais il faut avoir des wc dans une salle de bain, parce qu'il faut de la place pour s'allonger devant la cuvette en fait Razz

_________________
sunny Ma guérison est en marche !  sunny

Mon site sur la transformation personnelle : Belle, heureuse et en pleine santé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.beaute-bonheur-sante.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Irrigation du côlon   Aujourd'hui à 3:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Irrigation du côlon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'irrigation côlonique dans le collimateur
» Nacelle en voiture : le futur est déjà en marche !
» L’asperge
» Les cultures qui consomment le plus d'eau
» Petits trucs pour éviter les mycoses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Vraie Vie des Femmes Actives :: Les femmes actives prennent soin d'elles :: Santé-
Sauter vers: